17ème édition du Festival des Arts du Récit
[ lundi 10 > mercredi  19 mai 2004 ]

cinq filles dans la forêt des contes (*)

Elles sont cinq. Elles travaillent avec le Centre tout au long de l'année. Nous les avons regroupées pour nous faire partager leurs univers d'histoires. Chaque jour, 3 d'entre elles présenteront leur dernière création en alternance... tout au bout du Cours Berriat (à Grenoble)... là où commence la forêt des contes... là où les petites filles ne doivent pas se perdre.

(*) titre faisant référence au livre de Pierre Péju "La petite fille dans la forêt des contes" aux Editions Laffont (2002)

 

Carole 
Gonsolin

"Tu me manques"

Direction le nouveau Monde, New York et le bar de Camille sur Highfield Street (n° 1409), entre le boulanger et le restaurant "les 2AA" (A comme Alice, A comme accueil) . Dans ce bar du nouveau monde, il y a une pancarte avec la pensée du jour, et des histoires qui transitent et s'entremêlent entre des clients qui prennent le temps comme on prend le soleil, autour des cafés noirs.

mardi 11 à 18h, jeudi 13 à 18h, vendredi 14 à 22h, dimanche 16 à 20het mardi 18 à 20h
Angelina 
Galvani

"Faut pas croire que c'qu'on voit"

Ici, on entre dans les livres en les caressant et on en revient parle train après un petit tour de "chatéllite". A condition de savoir lire entre les lignes des pages blanches, on peut aussi assister en direct au mariage de la souris verte, apprendre à soigner un chat dans la gorge et attendrir un grand méchant loup. C'est sur, il faut le voir pour le croire pour le voir! La conteuse emboîte et entre boite les histoires, ça fait des courants imaginaires dans la tête qui rafraîchissent les idées... les enfants peuvent amener les adultes!

mardi 11 à 20h, mercredi 12 à 18h, vendredi 14 à 20h, dimanche 16 à 18h et mardi 18 à 18h
Claudie 
Obin

"Jean-Baptiste Grenouille"

"Au commencement, mangeuse d'histoires, je les dégustais, les croquais, les dévorais... j'en devins ogresse. Gardeuse d'histoires, je les portais, les adorais, les transmettais... j'en deviens gardienne, vestale. Et puis, il y eut "le Parfum": rapt, éblouissement. J'errais dans la forêt obscure, je m'enfuis, y revins. Patrick Süskind était le père de Jean-Baptiste Grenouille, je ne pouvais qu'en être la marâtre, je le serai!

mardi 11 à 22h, jeudi 13 à 20h, samedi 15 à, 18h, lundi 17 à 18h et mardi 18 à 22h
Jennifer 
Anderson

"Les armoires"

Il y a des rêves. EN fait, ce sont des histoires ensommeillées qui se réveillent. C'est pour cela qu'à première vue on dirait des rêves. mais ce sont des histoires. Pour voir ces histoires, il faut s'installer dedans. Alors aussitôt vous les voyez et même, vous les sentez. Ces histoires tournent sur elles-mêmes. elles peuvent également apparaître, disparaître, décrire de larges cercles, fuir de côté. Elles peuvent aussi rester là. FIxes, immobiles. Elles peuvent même vous tourner le dos. On ne sait pas vraiment d'où elles viennent... Et les armoires? A première vue, on dirait des armoires, mais chut! la porte grince...

mercredi 12 à 20h, vendredi 14 à 18h, samedi 15 à 22h, lundi 17 à 22h et mercredi 19 à 20h
Elisabeth 
Calandry

"Un hiver en Trièves"

Le Trièves, c'est le sud, le sud du 45ème parallèle et c'est aussi un haut pays qui commence à 30km de Grenoble. Cet hiver, à St Guillaume, St Martin de Cluze, St Maurice en Trièves, Clelles, Treminis, Monestier de Clermont... des trièvois m'ont offert leurs chansons, leurs souvenirs, des légendes, un ou deux contes.
Moi qui suis menteuse, j'ai écouté, peut être entendu, sûrement pas compris, j'ai rêvé, chanté, trahi pour que ceux qui savent interrogent ceux qui ne savent pas. 

mercredi 12 à 22h, jeudi 13 à 22h, samedi 15 à 20h, lundi 17 à 20h et mercredi 19 à 18h

<<  Retour >>